« Je vis à sa place » : maman s’est mise à la natation en mémoire de sa fille décédée à 14 ans

Grace Bunke est partie à l’âge de 14 ans, ayant perdu la bataille contre le cancer. Mais avant, elle a fait promettre à sa mère de ne pas être en deuil, mais de trouver la force de vivre la vie comme elle le voudrait, mais ne pouvait pas.

La vie de Grace, la fille de Vikki Bunke, a changé en un instant lorsqu’on lui a diagnostiqué un cancer à l’âge de 11 ans.

Tout a commencé par des douleurs au genou. Cette athlète prometteuse a essayé de ne pas y prêter attention et a continué à s’entraîner.

Elle a terminé sa dernière course en larmes. Les médecins ont découvert que Grace souffrait d’un ostéosarcome, une maladie osseuse oncologique qui provoquait la croissance d’une tumeur dans sa cuisse gauche avec des métastases dans les poumons, écrit People.com.

"Je vis à sa place" : maman s'est mise à la natation en mémoire de sa fille décédée à 14 ans

La jeune fille a subi 18 séances de chimiothérapie et plusieurs opérations, dont une chirurgie plastique rotative, au cours de laquelle une partie de sa jambe a été enlevée et le membre en dessous de la zone touchée a été pivoté et réattaché.

Ainsi, son genou gauche a été remplacé par un pied. C’était la seule façon de garder la jeune fille mobile, même si ce n’était pas complet.

Elle a dû oublier la course, mais Grace ne voulait pas perdre sa forme et a décidé de se mettre à la natation. Elle a trouvé un nouveau but : intégrer l’équipe paralympique américaine.

L’entraînement lui apportait une satisfaction émotionnelle et l’aidait à combattre le stress et la dépression. Grace était une vraie combattante, déterminée à traverser le pire la tête haute et à aller de l’avant.

"Je vis à sa place" : maman s'est mise à la natation en mémoire de sa fille décédée à 14 ans

Selon sa mère, même pendant le traitement difficile, Grace a essayé de vivre pleinement. Entre les traitements, elle allait à l’école, et sa confiance en la victoire sur la maladie inspirait de l’optimisme à sa famille.

Après avoir appris le projet Swim Across America (SAA), dans lequel tout le monde participe à des nages caritatives pour collecter des fonds pour la recherche, la prévention et le traitement du cancer, Grace a réalisé qu’elle devait s’inscrire.

Ces compétitions bénévoles étaient une bouffée d’air frais pour elle. Elle se sentait partie d’une grande cause, réalisant qu’elle aidait des enfants comme elle à vaincre le cancer. Selon les proches de la jeune fille, elle a donné tout ce qu’elle pouvait jusqu’au bout.

Vers la fin de sa vie, Grace est décédée en 2018 la veille de son 15e anniversaire, la jeune fille a demandé à sa mère de participer au SAA en son nom, sachant qu’elle ne pourrait pas nager elle-même.

Vicky a accepté et a fait ce qu’elle avait promis à sa fille. Elle n’a pas arrêté depuis. Après le départ de Grace, l’Américaine s’est inscrite pour participer à 14 compétitions de natation en eau libre dans le cadre de Swim Across America, une pour chaque année que sa fille a vécue sur terre.

"Je vis à sa place" : maman s'est mise à la natation en mémoire de sa fille décédée à 14 ans

À l’heure actuelle, elle a déjà terminé quatre épreuves et a au moins dix manches de compétition à venir.

Avant la mort de sa fille, Vikki n’aimait pas particulièrement la natation. Elle savait rester à la surface de l’eau, mais n’aimait pas plonger à cause d’une légère claustrophobie.

Grace a inspiré sa mère à essayer de surmonter sa peur. Après plusieurs années de lutte terrible contre la maladie, lorsque sa fille a montré un courage incroyable, Vicky a trouvé la force de ne pas décevoir sa mémoire et de tenir sa promesse.

« C’est une expérience de guérison très spéciale pour moi », dit Vikki. « Grace n’a jamais perdu espoir, même dans les situations les plus désespérées. C’est ce qu’elle nous a appris : comment vivre sa vie en tirant le meilleur de tout. »

Noter cet article
( No ratings yet )
Petite Histoire
Laisser un commentaire

;-) :| :x :twisted: :smile: :shock: :sad: :roll: :razz: :oops: :o :mrgreen: :lol: :idea: :grin: :evil: :cry: :cool: :arrow: :???: :?: :!:

« Je vis à sa place » : maman s’est mise à la natation en mémoire de sa fille décédée à 14 ans
C’est le destin ! les mariés ont découvert par hasard que leur histoire d’amour avait commencé dès l’enfance